Le but de la vie selon le Dalaï-Lama

Art du bonheur

Vous pouvez écouter ce podcast en cliquant sur le bouton «Play» du mini-lecteur en haut ou vous pouvez télécharger le MP3 en cliquant sur ce lien.

But de la vie

Selon le Dalaï-Lama, le but que nous devrions poursuivre est de trouver le bonheur. Un bonheur durable empreint de compassion, de sérénité, de joie et d’amour. Pour y arriver, il dit que nous devons cultiver nos états mentaux positifs. C’est-à-dire apprendre à vivre davantage avec des états d’être de compassion, de tolérance, de patience, de paix, de joie, de sérénité.

Les états mentaux négatifs nous éloignent du bonheur. La colère, la haine, la tristesse, le sentiment d’injustice, d’insécurité, la convoitise, l’arrogance, etc. Ils nous éloignent de notre perfection et de notre bonheur.

Vivre plus d’états mentaux positifs

Afin de vivre jour après jour de plus en plus d’états mentaux positifs, il faut faire un travail sur soi. Le Dalaï-Lama dans l’Art du bonheur suggère que tous les soirs, nous fassions un récapitulatif de notre journée pour voir où nous n’avons pas su garder un état mental positif. Il insiste sur l’importance de faire des efforts pour y arriver et ce, pendant une longue période. Il explique que lorsque nous croyons à quelque chose et que ça a du sens pour nous, nous sommes capables de nous mettre en action pour y arriver.

Choisir ses états mentaux

Aussi, si un irritant survient dans la journée, par exemple, quelqu’un vous dit quelque chose de blessant. Vous avez toujours le choix de rester indifférent pour ne pas cultiver d’états mentaux négatifs. Il n’a pas dit que c’était facile, mais que c’est la méthode pour cheminer vers le bonheur. Aussi, il mentionne que nos « ennemis » sont nos plus grands maîtres, ce ne sont pas nos amis qui nous « challengent », mais bien les gens qui nous amènent dans des états mentaux négatifs. D’ailleurs, Friedrich Nietzsche a écrit : « Ce qui ne tue pas rend plus fort. »

De plus, selon ce que j’ai compris du livre audio, L’Art du bonheur, il ne faut pas laisser les états mentaux négatifs grossir. Il faut apprendre à les dissiper rapidement. Si nous vivons une injustice et que nous ruminons sans cesse l’événement dans notre tête, nous cultivons un état mental négatif. Il faut apprendre à lâcher prise sur ce que ne nous contrôlons pas et agir sur ce que nous pouvons, mais toujours dans la compassion et l’amour.

Plaisirs et bonheur

Le Dalaï-Lama fait une distinction entre les plaisirs et le bonheur. Voici des exemples de plaisirs pour certains qu’ils citent dans le livre audio : un vol, une ligne de cocaïne, un excès d’alcool. Ce sont tous des plaisirs pour certaines personnes qui ne mènent pas au bonheur.

J’en ai compris aussi qu’il accorde beaucoup d’importance au choix que nous faisons dans la vie pour nous mener au bonheur. Par exemple, quelqu’un qui aime beaucoup la danse, choisit un soir de ne pas aller danser, car elle a fait beaucoup d’heures supplémentaires au travail et sent le besoin de se reposer. Un choisissant de ne pas danser, même si elle éprouve du plaisir en dansant, elle se rapproche du bonheur, car elle ne s’épuise pas et elle prend soin de son corps et de son mental.

La perfection

Alors, j’en comprends que pour atteindre un bonheur durable, il ne faut pas attendre d’avoir le conjoint parfait, les enfants parfaits, la famille et la belle-famille parfaites, les amis parfaits, l’emploi parfait, les collègues parfaits, le patron parfait, la maison parfaite, l’auto parfaite, les vacances parfaites, etc. Il faut apprendre à être heureux et bien, même si nos idéaux ne sont pas tous au rendez-vous en même temps. Avoir la santé est déjà un bien grand cadeau. Alors, il faut apprendre à cultiver nos états mentaux positifs et en augmenter la durée au fil des jours, des semaines, des mois. Apprendre à éloigner rapidement les états mentaux négatifs pour qu’ils ne prennent pas trop de place dans notre journée.

Nous avons de précieuses journées en cadeau, il ne faudrait pas les gâcher à ruminer et à être malheureux. Parfois, il y a des matins plus difficiles, des dégâts qui nous rendent plus pressés, les enfants qui se chamaillent… C’est notre choix de laisser ces événements teinter ou non notre journée. J’aime bien me répéter tous les matins cette phrase, je ne me souviens plus exactement où je l’ai entendu, mais elle me ramène à l’essentiel : « Peu importe ce qui arrive, je sens bien. »

Efforts et conviction

Nous aimerions tous arriver à « l’illumination » sans effort et du jour au lendemain. Cependant, atteindre un bonheur durable et vivre de façon positive demande des efforts et de la conviction. En étant convaincus que de cultiver des états mentaux positifs est la meilleure chose à faire pour soi, nous y arrivons.

Alors, je vous invite à faire des choix non pas en fonction du plaisir sur le moment, mais pour atteindre un bonheur durable. Personnellement, je fais le bilan de ma journée le soir avant de m’endormir. Les événements plus marquants remontent vite, ça ne prend pas de temps. Des fois, je suis fière de moi et d’autres fois moins, je me dis que la prochaine fois, je ferai mieux et j’apprends à me pardonner mes manques, mes impatiences, mon irritation et j’en passe…

Humains

Après tout, nous sommes tous des humains. Nous vivons tous à différents moments dans notre vie des difficultés, des peurs, des doutes et au final nous ne sommes qu’en passage sur la terre. Alors, il est plus facile d’avoir de la compassion pour les autres quand nous savons à quels points nous nous ressemblons et à quel point nous dépendons les uns des autres. Notre maison, nos meubles, les objets que nous possédons, nos vêtements, notre nourriture, ce sont d’autres humains qui les ont fabriqués, cultivés. Nous sommes tous reliés et nous avons tous besoin les uns des autres.

Plus de gens feront un travail sur eux afin de s’améliorer et trouver un bonheur durable, plus saine et sécuritaire s’en trouvera la planète.

Continuons de nous exercer à cultiver nos états mentaux positifs et nous serons de plus en plus heureux.

Au plaisir,

Catherine

Photo de Giandomenico Ricci

Infolettre

* indicates required

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *