Initiation à la méditation selon Matthieu Ricard, moine bouddhiste

initiation meditation

J’ai assisté à la conférence intitulée «Initiation à la méditation» de Matthieu Ricard, moine bouddhiste, photographe et auteur. J’aimerais partager avec vous ce que j’ai retenu de cette belle soirée. Alors voici :

Plusieurs se disent à quoi bon méditer, nous avons déjà assez de choses à faire. Une autre tâche à ajouter à notre liste déjà trop longue. Pourtant la méditation sert à alléger le stress. Notre esprit emmagasine toutes sortes de sensations, d’émotions, d’apprentissages tout au long de la journée. C’est lui qui vit les expériences du monde extérieur. La méditation lui permet donc de se reposer.

La méditation apporte une résilience joyeuse, une ouverture à l’autre, une paix intérieure. La méditation permet de modifier la façon dont nous faisons l’expérience des choses et de la vie.

Pourquoi méditer?

Meilleure personne

Nous sommes tous un mélange d’ombre et de lumière, de qualités et de défauts. Nous avons tous des choses à améliorer pour devenir une meilleure personne. Nous souhaitons tous trouver une liberté intérieure, une sérénité, une force d’âme afin d’être moins tourmentés par nos toxines mentales. Nous désirons dissiper nos états mentaux destructeurs.

Maîtriser notre esprit

La méditation permet de maîtriser notre esprit afin de connaître la vraie liberté intérieure. Maîtriser ne veut pas dire que l’on doit menotter notre esprit, mais plutôt lui donner une direction. Voici un exemple, imaginons un voilier que nous laissons aller au gré des vents. Il finira par s’échouer sur une plage quelque part. Tandis que si nous prenons la barre et orientons notre bateau vers la direction désirée. Nous avons de grandes chances d’arriver à notre destination.

Cultiver états mentaux optimaux

En plus, d’aider à contrôler notre esprit, la méditation permet de cultiver nos états mentaux de façon à ce qu’ils soient optimaux c’est-à-dire un esprit plus clair, plus calme et plus flexible.

Est-il possible de changer par la méditation?

 

Il est possible de se transformer par la méditation. Après 1 mois de méditation à raison de 20 minutes par jour, des changements sont visibles dans le cerveau des pratiquants. Je ne me souviens malheureusement pas du nom du chercheur mentionné par Matthieu Ricard qui a fait cette étude, mais j’ai trouvé un article très intéressant dans The Washington Post : Harvard neuroscientist : Meditation not only reduces stress, here’s how it changes your brain. Cet article décrit les modifications qui apparaissent dans le cerveau après 8 semaines.

Les débuts

Au début, nous mettons beaucoup d’effort pour méditer, mais rapidement nous finissons par le faire bien et sans effort. Nous pouvons commencer par méditer 2 minutes et puis 5, 10, 15 et 20 minutes. De la même façon que les athlètes s’entraînent pour devenir meilleurs ou que les musiciens s’exercent pour s’améliorer. La méditation devient plus aisée lorsqu’elle est pratiquée.

Les résultats

Méditer permet aussi de se familiariser avec notre propre esprit et de mieux le comprendre. Notre conscience nous permet de révéler des parties de notre monde intérieur. Nous pouvons la comparer à de l’eau pure. Si nous ajoutons du cyanure à notre eau, nous allons mourir. Par contre, si nous y ajoutons des vitamines et minéraux, nous allons être plus en santé. C’est la même chose pour notre esprit. Si nous avons des pensées de haine, de colère, de frustration, c’est comme si nous mettions du cyanure à notre eau. De l’autre côté, l’amour, la bienveillance et la compassion sont comme les vitamines et minéraux que nous ajoutons à notre eau pour être en meilleure santé. La méditation permet de cultiver ces qualités pour qu’elles s’épanouissent.

Neuroplasticité

Cette partie est de moi, car je trouvais qu’elle complétait bien cet article :

«Si pendant 20 minutes par jour, nous ressentons de la compassion, de l’amour et de la bienveillance. Les chemins pour retrouver ces états d’être se feront de plus en plus facilement grâce à la neuroplasticité. Selon, le site neuroplasticité.com, la neuroplasticité est cette capacité des neurones à se modifier et se remodeler tout au long de la vie.  Ainsi, à chaque seconde, notre cerveau se modifie en fonction des expériences vécues. Alors, plus nous pratiquons la méditation plus les chemins pour atteindre ces états mentaux seront forts et nous y arriverons rapidement. Voici une analogie pour bien comprendre. Au commencement, le trajet des neurones ressemble à un chemin en terre battue et peu à peu à une route asphaltée et ensuite une autoroute. Les connexions se feront très rapidement. En plus, comme cette route est très fréquentée, il y aura beaucoup d’entrées à cette autoroute, donc vous y passerez de plus en plus de temps. Alors, vous vivrez des états de sérénité, de paix et d’amour plus souvent dans votre journée.»

Il est donc possible de se transformer en pratiquant régulièrement la méditation.

Comment faire?

Posture

Premièrement, on trouve une posture équilibrée, ce n’est pas nécessaire d’être assis en position de lotus. Assis le dos droit, les mains sur les genoux ou tournées vers le haut, les épaules relâchées.  Nous sommes assis dans une position d’ouverture.

Fixer son attention sur un objet

Il y a une panoplie de façons de méditer. Nous pouvons commencer par fixer notre attention sur un objet, n’importe quel objet : caillou, bibelot, plante,  fleur, etc. Pendant que nous portons notre attention sur l’objet, des pensées vont surgir, mais nous les laissons passer comme un oiseau dans le ciel. Nous observons tout simplement la pensée et nous revenons à notre objet. C’est important de ne pas se dire que nous ne sommes pas bons parce qu’une pensée a surgi. Nous n’y accordons pas d’importance et nous revenons à notre objet.

Fixer son attention sur sa respiration

Nous pouvons aussi faire le même exercice, mais sans objet cette fois-ci. Nous pouvons utiliser notre souffle. Nous portons notre attention sur l’air qui entre par nos narines et descend dans nos poumons qui font gonfler le ventre et ensuite sur l’air qui sort de nos poumons et de nos narines. Nous nous concentrons sur les sensations, par exemple l’air chaud qui sort du nez. Nous pouvons même effectuer cette méditation les yeux ouverts en ne regardant rien de précis puisque l’attention est portée sur notre respiration.

Ressentir des états d’êtres lumineux

Lorsque méditer en se concentrant sur un objet ou notre respiration se fait de plus en plus aisément, nous pouvons méditer en ressentant des états d’être comme l’amour altruisme, la compassion, la bienveillance. Pour se faire, nous pensons à quelqu’un que nous aimons beaucoup pour lequel nous souhaitons uniquement du bonheur (enfant, conjoint, membre de la famille, ami). Nous portons notre attention sur cette personne et nous ressentons tout l’amour bienveillant et la compassion que nous avons pour elle.

Ressentir amour universel

Si une pensée passe et fait diminuer l’intensité de notre ressenti, nous faisons revenir la personne chère à notre esprit et nous ravivons notre état mental. Le but est de maintenir cet état tout au long de la méditation. Une fois que nous réussissons bien avec une personne, nous en ajoutons d’autres pour en arriver à aimer tous les êtres vivants d’un amour bienveillant et compatissant. Il n’y a pas de limite à la bienveillance. C’est un peu comme le soleil qui brille sur tout, l’amour bienveillant éclaire tout et désire l’épanouissement de toutes les personnes.

Fin d’une séance

À la fin de la séance de méditation, il faut permettre à notre esprit de se reposer. Il faut simplement retrouver le repos naturel de l’esprit et être dans le moment présent. Y demeurer le temps de revenir tranquillement.

Voici une entrevue de Matthieu Ricard : méditer sur le stress:

Différence entre compassion et empathie

Selon Tania Singer, directrice du département des neurosciences de Max Planck Institute for Human Cognitive and Brain Sciences, la compassion n’est pas de l’empathie. La compassion est le désir de soigner, de remédier à la souffrance de l’autre. La compassion désire que la personne se libère de ces toxines mentales alors que l’empathie partage la souffrance de l’autre, donc ses toxines aussi.

La méditation et les enfants

 

Je n’ai pas retrouvé la même étude menée par Richard J. Davidson auquel Matthieu Ricard a fait mention lors de sa conférence. Cependant, Richard J. Davidson est le fondateur du Center for Healthy Minds at the Waisman Center et ils ont mené une étude sur la méditation  auprès d’enfants fréquentant l’école élémentaire. Ils ont intégré une séance de méditation en pleine conscience tout de suite au retour en classe après le dîner. À la fin de la première semaine de pratiques, les enfants étaient beaucoup plus disponibles à apprendre après la séance de méditation. Les enfants disaient se sentir plus calmes, moins stressés et plus présents. Après 2 à 3 semaines, ils ont noté différentes transformations sur plusieurs aspects et ils ont été surpris de constater que les enfants se sont mis à pratiquer la méditation par eux-mêmes.

Si vous voulez en connaître davantage, Matthieu Ricard a publié un livre :


Si cet article vous a plu, je vous invite à cliquer J’aime et à le partager à votre entourage.

Au plaisir

 

Catherine

Photo de Festival of Faiths

Voici le lien vers amazon.ca:                                      Voici le lien vers amazon.fr:
                                                  

Infolettre

* indicates required

3 Commentaires

  1. Pingback: Pourquoi tout est connecté

  2. Evelyne

    Merci pour ce billet ! Il est comme toujours très complet et riche en informations. La respiration est au coeur de la méditation. Elle permet de soigner, de réduire le stress et d’améliorer le quotidien. Il faut la préserver et multiplier les exercices.

    Répondre
    1. Catherine Boilard (Auteur de l'article)

      Merci pour ton partage Evelyne. Plus j’apprends sur la méditation et je constate qu’au niveau des recherches scientifiques, il y aurait un rapport sur l’impact au niveau de la gestion de la douleur, du système immunitaire, etc. Tout est là pour démontrer les avantages si nombreux de la respiration consciente.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *